Bibliographie : Prix lycéen « Lire l’économie »

Space
Prix lycéen « Lire l’économie »

Décerné pour la première fois en 2010, le Prix lycéen « Lire l’économie » récompense un livre qui favorise, de manière pédagogique, l’analyse et la réflexion économiques. Une sélection d’ouvrages est proposée aux élèves par le ministre de l’Éducation nationale et un conseil de professeurs. Il revient aux lycéens des établissements participants de voter et de désigner un lauréat.

La remise du Prix a lieu lors de la Journée du livre d’économie. Cette bibliographie présente les ouvrages récompensés par ce prix, depuis sa création. Une manière de retrouver des idées qui ont animé les débats économiques ces dernières années.

2018

Les Français, le bonheur et l’argent

Yann ALGAN, Elizabeth BEASLEY et Claudia SENIK

Éditions Rue de l’Ulm

Bonheur, satisfaction dans la vie, confiance et optimisme : où en sont les Français ? Il existe une spécificité française en matière de bien-être et ce livre met en lumière plusieurs paradoxes. 
Les Français se disent moins heureux et plus pessimistes que la plupart des citoyens des autres pays européens ; ce mal-être concerne avant tout les questions économiques ; et c’est en France que la relation entre bonheur et argent est la plus forte. Ceci vient sans doute de leur défiance vis-à-vis des institutions : ne pouvant plus compter sur elles pour organiser leur destinée collective  et les protéger contre les principaux risques de la vie, les Français  se replieraient sur leurs ressources personnelles. Au malheur collectif s’oppose alors un bonheur privé. 
Mal-être et défiance se traduisent par un processus de polarisation politique, avec la montée de l’extrême droite notamment. Lors des dernières élections présidentielles, le vote en faveur d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen a marqué le clivage entre optimistes et pessimistes. Quelle que soit sa postérité, le sursaut d’optimisme du mois de juin 2017 montre que, même si l’état d’esprit des Français est si ancien qu’il finit par se confondre avec une attitude culturelle, il n’est pas pour autant irréversible. 

 

Mais pourquoi j’ai acheté tout ça ! ? Stop à la surconsommation

Élise Rousseau

Qui n’a pas un jour pesté face à un objet trépassant quelques jours seulement après la fin de la garantie ? Acheter, acheter, encore acheter…Et à peine achetées, voilà qu’il faut déjà remplacer nos petites emplettes, vite démodées, vite cassées. Nous sommes les victimes de la pub, des industriels, de la pression sociale : tout s’intensifie, nous détournant des choses essentielles de la vie…Sans parler des conséquences désastreuses sur la planète ! Réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité, avons-nous vraiment envie de ça ? Face à cette gloutonnerie effrénée, le concept de sobriété heureuse prend de plus en plus d’importance tandis que des réponses citoyennes et responsables s’affirment en contre-attaque. Et si on sortait du tourbillon infernal de la surconsommation ?

 

2017

livre_eco1.jpgIls ont révolutionné le commerce

Jean Meilhaud

Papillon Rouge Éditeur – 288 pages

Ces pionniers ont bouleversé le commerce sur la planète par leurs actions et leurs innovations. Ils ont transformé radicalement notre façon de vivre. Aristide Boucicaut inventa le grand magasin ; le baron Bich imposa le produit jetable ; André Citroën imagina des croisières pour commercialiser des voitures. On retrouve aussi dans ce livre le jésuite Franz van der Hoff qui rend le commerce équitable, Abraham Maslow qui met soudain le consommateur à nu, les gourous de la grande distribution, les aventuriers du design, les instigateurs du sponsoring et de la vente par correspondance, les promoteurs du discount et du e-commerce.

2017 (prix spécial BD d’économie)

livre_eco_bd.jpgInternet au-delà du virtuel

Jean-Noël Lafargue et Mathieu Burniat

Éd. Le Lombard, collection La petite bédéthèque des savoirs, tome 17 – 104 pages

Depuis la timide percée d’Internet dans le grand public il y a 20 ans, ses usagers se sont multipliés de manière exponentielle et il n’est plus vraiment besoin d’expliquer aujourd’hui à quoi sert ce réseau informatique. Cependant, alors même qu’Internet nous est devenu pratiquement aussi vital que l’eau courante, son histoire et son fonctionnement restent encore bien mal connus. Car le vrai Internet n’est pas un monde fait d’ondes et de « clouds » : il est bel et bien physique et ses enjeux géopolitiques sont réels.

2016

lyceens_dugain.jpgL’homme nu – La dictature invisible du numérique

Marc Dugain et Christophe Labbé

Éd. Plon – 320 pages

On les appelle les Big Datas ou les GAFAs : Google, Apple, Facebook ou Amazon. Ces géants du numérique aspirent, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies. Avec les agences américaines de renseignement, ces conglomérats du numérique enfantent une entité d’un genre nouveau. Une puissance liée à la mondialisation qui pourrait faire de nous des « hommes nus », sans mémoire, programmés, sous surveillance.

2016 (nouveau prix : spécial BD d’économie) 

lyceens_granda.jpgLe grand A

Xavier Bétaucourt et Jean-Luc Loyer

Éd. Futuropolis – 136 pages

En 1972, en périphérie d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), sortait de terre le plus grand hypermarché de France, le grand A. 40 ans plus tard, les auteurs dressent le portrait de cette ville dans la ville. L’hypermarché est-il un ogre qui dévore et détruit tout sur son passage ou est-il source de développement ? Comment fonctionnent les filières d’approvisionnement ? Les producteurs locaux sont-ils laissés-pour-compte ? Les clients sont-ils les victimes ou les bénéficiaires de ce modèle de consommation ? Les hypermarchés sont-ils responsables de la malbouffe ? Le petit commerce et la vie des centres-villes sont-ils victimes ou sont-ils coupables de ne pas s’être adaptés ?

2015

lyceens_beffa.jpgLes clés de la puissance

Jean-Louis Beffa

Éd. Seuil – 168 pages
Avec la mondialisation, les rapports de forces internationaux obéissent moins à des règles de confrontation politico-militaire qu’à des règles de compétition économique. Dans cet environnement, se dégage un partage du monde sino-américain, qui congédie l’idée d’hégémonie si présente au siècle précédent. Ce livre s’attache à montrer sur quoi se fonde la co-domination mondiale de la Chine et des États-Unis, et pour quelles raisons elle n’est pas prête de finir. La Chine continue sa progression. Les États-Unis se recentrent sur leurs forces. Les autres grands émergents ne tiennent pas leurs promesses. Seule l’Europe pourrait s’imposer comme troisième puissance, mais elle ne cesse de reculer.

2014

lyceens_couppey.jpgL’économie pour toutes. Un livre pour les femmes, que les hommes feraient bien de lire aussi

Jézabel Couppey-Soubeyran et Marianne Rubinstein

Éd. La Découverte – 160 pages

Les sondages l’attestent : bien que les femmes soient désormais de plain-pied dans la vie économique, elles s’intéressent peu aux débats qui s’y rapportent. Or, si elles renoncent à comprendre cette dimension du monde dans lequel elles vivent, il leur sera encore plus difficile de s’y faire une juste place. C’est donc pour intéresser davantage les femmes à l’économie que les auteures ont entrepris d’en parler autrement. Elles abordent 10 grands thèmes : logement, banques, inégalités hommes-femmes, entreprise…

2013

lyceens_giraud.jpgL’illusion financière

Gaël Giraud

Éditions de l’Atelier – 172 pages

L’impasse dans laquelle les marchés financiers enferment l’économie européenne va jusqu’à remettre en cause les institutions mêmes du vivre-ensemble européen. L’auteur met en lumière les illusions qui brouillent le débat public. Il montre en particulier que la contrainte énergétique et climatique est l’élément déterminant qui conditionne toute prospérité durable en Europe. Il explique que la transition écologique est un projet de société capable de sortir l’Europe du piège où l’a précipitée la démesure financière et suggère des pistes pour lever les obstacles financiers à sa mise en œuvre.

2012

lyceens_algan.jpgLa Fabrique de la défiance… et comment s’en sortir

Yann Algan, Pierre Cahuc et André Zilberberg

Éd. Le Livre de Poche – 192 pages

La défiance est au cœur du pessimisme français. Elle détruit notre goût de coopérer et de vivre ensemble. Les auteurs montrent comment la défiance résulte d’un cercle vicieux où le fonctionnement hiérarchique et élitiste de l’école nourrit celui des entreprises et de l’État. S’y ajoute une logique corporatiste où chaque profession essaie de tirer au mieux parti de l’argent public, le plus souvent au détriment des autres. Un État libéré des logiques clientélistes, une école moins obsédée par les classements, une renonciation aux statuts de toutes sortes sont autant de moyens de sortir du déclin qui nous menace. La confiance aussi se fabrique.

2011

lyceens_izraelewicz.jpgL’arrogance chinoise

Erik Izraelewicz

Éd. Grasset – 256 pages

La Chine tient ses promesses – et au-delà. Rien ne semble devoir arrêter son ascension. En trente ans, le niveau de vie des 1,3 milliards de Chinois a déjà été multiplié par dix. Forte de ses multiples succès et de ses réserves de change gigantesques, la Chine ne veut plus des leçons de l’Occident. Elle est prête à lui asséner les siennes. Comment lutter à armes égales avec un nationalisme industriel sans égal ?

2010

lyceens_saint-etienne.jpgGuerre et Paix au XXIe siècle

Christian Saint-Étienne

François Bourin Éditeur – 181 pages

Comment se répartira la richesse du monde d’ici 2050 ? Quelles seront les conséquences du conflit de plus en plus ouvert entre les États-Unis et la Chine ? Quelle sera la place de l’Inde ? Alors que la production mondiale devrait plus que tripler d’ici 2050, d’où viendront les matières premières et l’énergie ? Serons-nous étouffés par la pollution et le réchauffement climatique ?... Telles sont quelques-unes des questions traitées dans ce livre.

En complément de cette bibliographie, n’hésitez pas à consulter notre bibliographie du Prix du livre d’économie ainsi que nos articles sur les Journées du Livre d’économie 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

 


Publié le 17 novembre 2017.