Le projet en 2015

  • Space
    Le café
  • Space
    L’entreprise
  • Space
    Les toitures
  • Space
    Le scanner

Depuis le concours international d’architectes-muséographes de 2011, l’équipe lauréate Ateliers Lion – Éric Pallot – Agence Confino a achevé les études de l’aménagement de la Cité de l’économie et de la monnaie dans l’hôtel Gaillard, place du Général Catroux à Paris. Le travail de conception de la rénovation architecturale a permis de définir les futurs espaces de la Cité tandis que la réflexion scénographique s’est attachée à traduire visuellement les contenus économiques dans des formes variées et souvent spectaculaires.

L’hôtel Gaillard

La Cité de l’économie et de la monnaie s’installera dans l’hôtel Gaillard, ancienne succursale de la Banque de France. Cet ensemble architectural de style néogothique, édifié en 1882, s’inspire des ornements du château de Blois.

Les architectes Victor-Jules Février (1842-1937) et Alphonse Defrasse (1860-1939) ont œuvré à sa réalisation, l’un pour Émile Gaillard, le second pour la Banque de France en ajoutant un bloc central, consacré aux activités bancaires, comprenant le hall d’accueil du public et la salle des coffres.

La rénovation architecturale

Ateliers Lion, mandataire du groupement lauréat du concours, a choisi de révéler les différentes époques du bâtiment tout en respectant l’esprit du lieu. Ses deux interventions majeures consistent, d’une part, à réaménager l’interstice entre le bloc bâti par Defrasse et le bâtiment de Février en créant une cour intérieure, d’autre part, à valoriser les toitures de l’hôtel en les réécrivant de façon contemporaine.

Le projet architectural a détaillé les principaux espaces de la Cité. L’accès principal se fait par l’entrée historique située place Catroux. Elle donne accès à l’accueil, dans l’angle de la rue Thann et de la place Catroux.

Cette zone, qui abrite notamment la boutique, oriente les visiteurs vers les différentes fonctions du musée. Elle est ouverte sur la cour intérieure du bâtiment, qui accueille le café : cette cour historique, restituée par les travaux sera un lieu de passage clé au cœur de l’édifice.

Ainsi, le visiteur descendant l’escalier le long du volume central, accède en sous-sol à l’auditorium. Il peut aussi, en longeant la douve, accéder au centre de ressources situé dans les salons du niveau 2, à l‘angle de la rue Berger et de la place Catroux. L’exposition permanente de 2 400 m2 est accessible depuis l’accueil, à partir d’un escalier monumental. Réparti sur trois niveaux, du sous-sol au niveau 1, son parcours est jalonné de plusieurs salles, notamment aux étages.

Au sous-sol, la salle des coffres, emblématique de la fonction bancaire implantée par la Banque de France au siècle dernier, entourée d’une douve remplie d’eau, intègre les collections de billets, pièces et machines. L’exposition temporaire est installée au 3e étage de l’hôtel Gaillard, sur une surface de 430 m², accessible depuis l’accueil par le pittoresque « escalier du puits » ou par une nouvelle circulation verticale (escaliers/ascenseurs).

Ce volume contemporain s’insère dans la volumétrie des toits du bâtiment et propose une liaison avec la terrasse autour du dôme du Hall Defrasse. Deux ateliers pédagogiques sont également regroupés au niveau 3 et bénéficient des nouveaux volumes vitrés créés en toiture.

La muséographie

L’Agence Confino a conçu une approche muséographique, variant les registres, souvent spectaculaire mais respectant l’atmosphère du bâtiment, avec pour objectif de rendre les contenus économiques attractifs.

Le parcours permanent, ponctué de temps forts, s’étend sur six grandes séquences, chacune dotée d’une couleur dominante distinctive. Les trois premières séquences permettront aux visiteurs de mieux se familiariser avec des fondamentaux de l’économie : l’échange, la production, les acteurs et les marchés. Les deux séquences suivantes aborderont la question des crises et des instabilités, que les institutions cherchent à réguler.

Enfin, le visiteur pourra découvrir, dans la salle des coffres, des trésors numismatiques : or, monnaies anciennes, pièces, billets et machines de fabrication.

Les contenus économiques prennent des formes variées se déclinant en séries : multimédias interactifs, films, manipulations, jeux, totems graphiques, textes, vitrines d’objets, salles de projection.

Résolument technologique, la scénographie propose une diversité de postures, les visiteurs étant tour à tour acteurs puis spectateurs. Des trompe-l’œil, des maquettes ou des sculptures contextualisent les propos tandis que des effets d’optique ou des sons et lumières créent la surprise comme la mise en lumière séquencée des douves et du pont roulant de la salle des coffres. En points d’orgue, des éléments de décor spectaculaires, parfois monumentaux, ponctuent le parcours : projection monumentale dans l’escalier d’honneur, « tour des entreprises », « table du Conseil », mobile géant construit d’objets,…

La scénographie s’appuie sur la morphologie du bâtiment, sans contrarier l’architecture préexistante de l’hôtel Gaillard.

Ainsi, les mobiliers d’origine de l’époque bancaire, guichets, armoires fortes et isoloirs sont aménagés en vitrines et le bureau du directeur de l’ancienne succursale est réinterprété pour intégrer le parcours de visite. De même, la syntaxe récurrente des mobiliers, très sobres, ne concurrence pas les éléments de décors historiques du bâtiment.

 

Crédits photos : Banque de France et Ateliers Lion (photos 1 et 2), Agence Confino (photos 3 et 4)

Publié le 15 septembre 2015.