Polars financiers

Space
Polars financiers

Où l’on voit les auteurs de polars s’emparer des mécanismes du monde de la finance : investissements, placements, endettement, arbitrages, spéculation, OPA, systèmes informatiques sophistiqués, gestion des risques… Le tout, au service d’une description des comportements humains tels qu’ils figurent classiquement dans les romans policiers : convoitises, vengeances, luttes de pouvoir, goût du secret et du complot... Laissez-vous entraîner par le sens du suspens, les entrecroisements d’indices, les engrenages infernaux chers à ces auteurs.


La prophétie de Langley
Pierre Pouchairet
Jigal, 2017

Les plus beaux suspects sont les innocents, des assassins malgré eux !
Trader d’une des plus prestigieuses banques françaises, Ludovic d’Estre brasse chaque jour des millions d’euros… Issu de la bourgeoisie versaillaise, la vie a toujours souri à ce surdoué de la finance. Mais tout va basculer lorsqu’avec Reda Soulami, son fidèle collaborateur, Ludovic va s’intéresser à une transaction douteuse… Un délit d’initié ? Peut-être pire ! Très vite suspecté de meurtre, Reda, un enfant des cités qui pensait avoir définitivement tourné la page, se retrouve en première ligne d’une effrayante machination qui le dépasse complètement et menace des milliers de vies ! Au milieu du marigot politique habituel, seule Johana, la flic qui mène l’enquête, semble croire à l’innocence de Reda. S’engage alors une infernale course contre la montre pour éviter l’horreur… Un roman noir haletant et habilement construit, où le profit prime sur la vie.

 

Résultat de recherche d’images pour "don salvatore mario capraro"Don Salvatore
Mario Capraro
Lulu, 2014

Anna Morelli est sauvagement assassinée à Zurich. Sa mère voyant que l’enquête piétine se résout à demander l’aide à Don Salvatore retiré dans les Pouilles, dans le sud de l’Italie. Ce dernier, à 80 ans et une vie passée au service des mafias italiennes et italo-américaines, ne peut refuser. La jeune Morelli travaillait au Polytechnique de Zurich. Elle s’intéressait à une étude abandonnée: 147 multinationales, majoritairement des organismes financiers, détiendraient plus de la moitié de l’économie mondiale. L’investigation sur l’assassinat et le dossier 147 s’entremêlent… De trahisons en rebondissements, le récit fait découvrir, redécouvrir le monde des mafias, son histoire, son fonctionnement et son pouvoir actuel.

À l’heure de l’omniprésence des réseaux, ce roman met en scène un conflit planétaire entre réseaux de pouvoirs aux règles et aux codes qui s’opposent.

 

Les riches sont-ils méchants
Thierry Malleret
Slatkine, 2013

Un financier américain est assassiné à bord d’un yacht en Méditerranée. Peu de temps après, des gérants de fonds d’investissement périssent à leur tour dans des conditions surprenantes. Existe-t-il un lien entre ces disparitions et les revendications d’un groupe altermondialiste ? Ou s’agit-il plutôt de règlements de comptes internes suscités par l’appât du gain et des pratiques malhonnêtes ? Lou, une jeune journaliste, et Enguerrand, l’un de ses amis, chercheur en Neurosciences, vont mener l’enquête au sein du monde feutré des fonds spéculatifs. Elle les conduira de Genève à Londres et Chamonix, sur fond de meurtres, disparitions, haines et trahisons amoureuses.

 

 

Paper Money
Ken Follett.
Librairie générale française, 2013. – 333 p. – (Le Livre de poche ; 32558)

Londres, années 1970. Un homme politique s’éveille au côté d’une rousse sulfureuse, tandis qu’une Rolls-Royce guette au pied de l’immeuble. Au même moment, un mafieux rassemble ses hommes de main et un magnat de l’édition décide de se retirer des affaires. Alors que le soleil se lève, leur vie va basculer. Détournement de fonds, chantage, tentative de suicide, OPA, tirs de chevrotine… Des événements en rafale, sans rapport apparent, que les journalistes de l’Evening Post parviendront à recouper de justesse en une seule et même histoire pour l’édition du soir. Ils ne se connaissent pas tous mais, avant le crépuscule, tous seront emportés dans la course folle d’un convoi de billets de banque…

 

 

Cosmopolis
Don DeLillo; roman traduit de l’américain par Marianne Véron.
Actes Sud, 2012. - 221 p. (Lettres anglo-américaines).

Les yeux rivés sur les cours d’une monnaie dont il a parié la chute et qui remonte contre toute attente, Eric Packer, golden boy, accède, en vingt-quatre heures d’une initiation spectaculaire, aux codes qui dissimulent le secret de son assassinat annoncé. David Cro­nenberg a récemment transposé ce roman au cinéma.

 

 

 

 

L’évadé de Wan Chai
Ian Hamilton ; traduit par Laura Contartese.
10, 2012. - 396 p.

Experte en fraudes financières, associée à une agence de recouvrement de dettes tenue par un "oncle" énigmatique à Hong Kong, Ava Lee est chargée de traquer les escrocs du banditisme économique. Ses méthodes sont celles d’un privé pas vraiment orthodoxe, agrémentées de Pak Mei, une boxe taoïste extrêmement efficace.

 

 

 

Le kidnapping d’Aaron Greene
Terry Kay ; traduit de l’anglais par Françoise Smith.
le Cherche midi, 2012. - 539 p. - (Collection Thrillers).

Aaron Greene est coursier dans une banque d’Atlanta. Un matin, en allant à son travail, il disparaît. La piste du kidnapping est hautement improbable. Et pourtant la demande de rançon ne tarde pas à tomber. Les ravisseurs réclament 10 millions de dollars... à la banque qui l’emploie. La direction n’a aucune intention de payer pour ce salarié à peine visible dans l’organigramme...

 

 

 

Liquidations à la grecque
Petros Markaris ; traduit du grec par Michel Volkovitch.
Éd. du Seuil, 2012. - 327 p. - (Seuil policiers).

1er tome d’une trilogie qui met en scène la crise grecque. Dans ce premier volet, des banquiers sont décapités et une campagne de publicité et de tracts diffuse des messages tels que « Ne remboursez pas vos dettes aux banques ». Pour les besoins de son enquête, le commissaire Charitos, héros récurrent des romans de Petros Markaris, s’initie à différentes facettes du système bancaire, en en faisant bénéficier le lecteur.

 

 

 

Escroc City
Cyrus Moore
JC Lattès, 2011. – 430 p. – (Thrillers)

Niccolo Lamparelli travaille, à Londres, pour une grande banque d’affaires américaine. Partant du bas de l’échelle, il grimpe rapidement tous les échelons pour atteindre le sommet dans sa profession. Malgré sa réussite, il veut rester fidèle à ses principes, tandis qu’il voit tous ses collègues abandonner les leurs. Bientôt il a tout ce dont un golden boy peut rêver. Mais un jour, tout bascule. Et la chute est rapide. Jack, son ami d’enfance, lui aussi star à la City, découvre un complot visant à impliquer Niccolo dans une manipulation frauduleuse de marché. Niccolo va-t-il pouvoir rester fidèle à ses principes dans l’adversité ?

 

 

Pour tout l’or du monde
Marc Fiorentino.
Pocket, 2011. - 376 p. - (Pocket ; 14578).

En plein cœur de la crise financière, Sam Ventura se retrouve victime de Bernoff, l’ «escroc du siècle». Entouré d’une équipe de choc - un jeune trader bourré d’ambitions et d’intuitions, une supercrack en informatique, un des journalistes d’investigation du Watergate et sa vieille complice Sunee, financière surdouée retirée des marchés -, Sam réussira-t-il cette mission impossible : démanteler à temps la plus grosse manipulation financière de l’histoire qui, en ruinant la première puissance mondiale et ses alliés, plongerait le monde entier dans un chaos sans précédent ? Le compte à rebours est enclenché...

 

 

Jeux de haine
Jean-Louis Debré.
Fayard, 2011. - 359 p. - (Fayard noir).

Suicides maquillés en assassinats ? Assassinats travestis en suicides ? Qui avait intérêt à la mort de ces voltigeurs de la spéculation boursière ? Des détenteurs d’argent sale, de louches clients des salles de jeux, des rivaux de la haute finance internationale, des femmes meurtries ? Dans un récit semé de fausses pistes et de vrais indices, l’auteur embarque lectrices et lecteurs dans un voyage insolite au cœur de la lutte pour le pouvoir et du déchaînement des passions humaines.

 

 

L’intrusion
Adam Haslett.
Gallimard, 2010. - 362 p. - (Du monde entier).

2002, Doug Fanning tra­vaille comme trader pour une grande banque d’affaires de Boston. Tout réussit à ce requin aux dents affûtées, res­pon­sable des opé­ra­tions bour­sières à l’étranger… Le ciel semble sa seule limite. Pour Doug, fils d’une famille mono­pa­rentale sans le sou, la revanche sociale est douce. Mais, bien sûr, rien n’est si facile : les opé­ra­tions bour­sières que Doug mène en Asie sont illé­gales et leur finan­cement incertain. Doug, sans le savoir-​​ ou plutôt sans vouloir le savoir-​​, marche sur le fil du rasoir.

 

Le hold-up des silencieux
Stephan Ghreener.
Fleuve noir, 2010. - 525 p.

Secret, indiscret, impertinent, séduisant, réactif, instinctif, efficace, Joshua Gallagher est l’homme de la situation. Le monde des affaires l’appelle à la rescousse quand il faut flirter avec la ligne jaune… voire la franchir. Cette fois, c’est Christopher Oscada, fondateur d’un des plus importants groupes de communication qui a besoin de lui. Car, alors que toutes les places financières sont à la baisse, l’action du groupe Osworldwide est la cible d’achats réguliers et anormalement élevés.

 

 

Opération vautour
Stephen Frey.
Points, 2008. - 431 p. - (Points. Thriller).

Rien ne résiste à Mace McLain ! Ce jeune et brillant espoir de Wall Street se voit proposer le poste très convoité d’associé principal de la banque d’affaires Walker Pryce & Company. Sa mission est de réunir des sommes d’argent considérables afin d’alimenter... un vaste complot politico-financier. Pris dans un engrenage infernal, grisé par le goût du risque, Mace met ses jours en danger.

 

 

 

Le prix de l’audace
Élisabeth Bourgois.
Salvator, 2006. - 341 p.

A trente-trois ans, Arnaud Mainvilliers, formé à l’école de la débrouillardise, parcourt le monde, où s’affrontent grands fauves de la finance internationale, brasseurs d’affaires, en quête de nouveaux marchés internationaux et de succès financiers. La machination d’un intermédiaire retors, un contrat frauduleux à Riyad ruinent le jeune financier. Désargenté, il se réfugie en France et devient créateur d’entreprise, accompagné par une association originale de chefs d’entreprise...

 

 

Crimes et délits à la Bourse de Pékin
He Jiahong.
Éd. de l’Aube, 2006. - (L’Aube noire).

Après avoir perdu une somme énorme à cause d’une erreur en spéculation boursière, Xia Zhe est accusé d’escroquerie et incarcéré. Son père fait appel à Maître Hong pour le défendre. L’avocat, d’enquête en déduction et de déduction en aveux, reconstitue petit à petit le fin mot de l’affaire et découvre une réalité complexe, tissée de crimes passionnels, de vengeances impitoyables et d’intérêts financiers.

 

 

Délits d’initiés
Stephen Frey.
Éd. du Masque, 2005.- 443 p.

Jay West ne voit pas son avenir professionnel en rose dans la petite banque commerciale pour laquelle il travaille. Aussi se jette-t-il un peu vite sur le poste en salle d’arbitrage qu’Oliver Mason lui offre chez McCarthy & Lloyd, avec à la clé un bonus d’un million de dollars en fin d’année. Le revers de la médaille ne se fait pas attendre : la sulfureuse Sally Lane intègre leur équipe peu après le meurtre brutal d’un de leurs collègues, et Jay, perdu dans un monde de corruption et de duplicité, entrevoit un peu tard qu’il a peut-être été embauché comme... bouc émissaire.

 

 

L’organisation
Charbel Ghanem.
le Cherche Midi, 2005. - 183 p. (Collection Romans).

Claudia Friedkin, fille d’un magnat de la presse américaine, Mathias Gardel, chantre de l’alter mondialisme et brillant journaliste au New York Daily Tribune, Thomas Parker, virtuose du Stock Exchange et du cours du pétrole, le professeur Helena Seridan, amateur d’art et spécialiste des transplantations du cœur, Adlaï Morton, vieil homme d’affaires souffrant d’insuffisance cardiaque, sont les acteurs principaux de ce thriller politico-financier. Il nous entraîne dans les méandres d’une « organisation » qui, grâce à des moyens illimités, régit ou oriente de façon déterminante des événements dont les causes apparentes ne sont que l’aboutissement des manœuvres de l’organisation.

 

 

Taxis noirs
John McLaren.
Seuil, 2003. - 431 p. - (Points : policier ; 1123).

Marcus Ford est un garçon plein d’avenir dans le monde des grandes banques. Quand il monte dans le taxi lon­donien de Len, il se croit en sécurité et poursuit sa conver­sation sur son por­table en toute quiétude. OPA, entre­prise à racheter, bonne affaire, Len n’en perd pas une miette et se dépêche d’en parler à ses deux copains, taxis comme lui. Pourquoi ne pas monter une petite affaire de bour­si­cotage grâce à ces jeunes ban­quiers qui parlent trop. Écoutes télé­pho­niques, cours de la bourse et ordi­na­teurs sur internet, tout est rapi­dement mis en place pour la pro­chaine affaire du siècle.

 

 

Équilibre fatal
Marshall Jevons ; traduit par Éric Bertrand.
Economica, 2002. - 207 p.

Dennis Gossen est mort. Apparemment un suicide, après que sa carrière en Economie eût été écourtée par le Comité de Promotion et de Titularisation d’Harvard. Quand deux membres de ce Comité sont tués, la fiancée de Gossen est accusée de meurtre. Henry Spearman, Professeur d’Economie à Harvard, se lance sur la trace du meurtrier et ce sont ses connaissances en économie qui le mettront sur la voie pour confondre le coupable.

 

 

Meurtre à la marge
Marshall Jevons.
Economica, 2002. - 195 p. - (Une enquête d’Henry Spearman).

Saint-John était l’île tropicale des Caraïbes idéale pour se reposer, du moins cela y ressemblait. Un meurtre. Henry Spearman, économiste émérite d’Harvard qui n’aime rien plus que d’exercer sa curiosité sur le comportement humain, conduit sa propre enquête. Une enquête gouvernée par bien d’autres lois que celles auxquelles on peut s’attendre - celles de l’économie.

 

 

 

La mort en dividende
M. Ridpath.
Maxima, 2002. - 427 p. (Business thrillers).

Tout sourit à l’ambitieux Simon Ayot. Il est rapidement devenu l’un des éléments les plus en vue de Revere Partners, une importante société de capital-risque. Il vient d’épouser la fille du plus riche associé et est sur le point de finaliser une très grosse opération qui devrait, définitivement, lui ôter tout souci financier. Aussi, lorsque brusquement Frank Cook, son patron - et beau-père - fait échouer cet investissement prometteur, Simon le lui fait savoir violemment. Un peu trop sans doute car quelques jours plus tard Frank Cook est retrouvé assassiné et la police découvre que son gendre est le dernier à l’avoir vu vivant...

 

 

Vengeance à la City
Walker Waine.
Maxima-L. du Mesnil, 2001. - 363 p. - (Business thrillers)

Jim Crawford, patron intransigeant et manipulateur, est déterminé à acheter l’entreprise de son concurrent John Parker, même si ses administrateurs ne sont pas convaincus de l’intérêt d’une telle opération. Le lecteur est peu à peu persuadé qu’il s’agit d’une vengeance personnelle. Mais Crawford n’aurait-il pas en fait été victime d’un drame familial et d’une jalousie politique ? Et si, de surcroît, il y avait délit d’initiés…

 

 

 

Le business
Iain Banks.
Paris : Belfond, 2001. - 436 p. - (Littérature étrangère).

La finance internationale, un monde d’hommes ? Pas pour Kate Telman. Experte en nouvelles technologies, elle sillonne le monde pour le compte de son employeur, le Business, et, à trente-huit ans, brigue le sommet de la hiérarchie. Or le Business, qui a pour ambition de s’approprier un pays afin d’obtenir un siège à l’ONU, entame des négociations avec un petit État de l’Himalaya, le Thulahn. Heureuse coïncidence, Kate semble plaire au maître des lieux... Mais, très vite, des pressions s’exercent de toute part...

 

 

Un privé à Wall Street
Niederman.
Maxima-L. du Mesnil, 2001. - 233 p.

Kyle Hooperman, ponte de la gestion de fonds de pension à New York, a été tué chez lui d’une balle dans le cœur. Cliff Cavanaugh, ex-analyste financier devenu détective privé, mène l’enquête, assisté de Trace. Pour les besoins de l’enquête, il lui enseigne, et au lecteur par la même occasion, les rudiments de la finance et de l’investissement sans lesquels le meurtrier ne pourra être confondu.

 

 

Tout ce qui compte
Georg M. Oswald.
Denoël, 2001. - 245 p. (Denoël & d’ailleurs).

Thomas Schwarz travaille au service "contentieux et recouvrement" d’un grand groupe financier dont il compte bien devenir le patron. Réussir à tout prix, tel est son credo. Cynique et sarcastique, il se donne tous les moyens, surtout les pires, pour y parvenir. Brutalement licencié, il ne tarde pas à rebondir et exporte ses méthodes de travail chez ses nouveaux employeurs : de petits escrocs qui font dans la prostitution et dans le blanchiment d’argent...

 

 

Résultat de recherche d’images pour "l’instant zéro joseph finder"L’instant zéro
Joseph Finder
Pocket, 2001

Le meilleur agent secret sud-africain, Henrik Baumann, alias l’agent Zéro, s’est reconverti dans le terrorisme. Sa mission : détruire le coeur du système bancaire américain pour le compte d’un milliardaire hors la loi. Objectif de l’opération : semer le chaos dans l’économie mondiale. Baumann est rapide, ingénieux, insaisissable. Un grand professionnel. Face à lui, Sarah Cahill, du FBI, tout aussi compétente, mais dotée d’un petit handicap : c’est une mère accablée de soucis. Elle ne sait pas qui est l’agent Zéro. Lui connaît son identité. Et il va profiter de cet avantage…

 

 

Compte numéroté
Christopher Reich.
Librairie générale française, 2000. - 698 p. - (Le livre de poche ; 17160).

Brillant courtier en bourse diplômé de Harvard, Nicholas Neumann est embauché par une grosse banque d’affaires de Zurich. Affecté au service des comptes numé­rotés, Nick adopte la maxime : "ferme ta bouche et ouvre tes oreilles". Mais il est intrigué par le com­por­tement du Pacha, un gros client qui transmet quo­ti­dien­nement des ordres de virement sur des comptes numé­rotés dans divers éta­blis­se­ments ban­caires de la planète. Un jour, Nick n’exécute pas les direc­tives du Pacha et sa vie bascule.

 

 

Single & Single
John Le Carré.
Éd. du Seuil, 2000. - 403 p. (Points ; 776)

Un avocat d’affaires du cabinet londonien Single & Single exécuté par un gang mafieux sur une colline turque, un magicien pour enfants convoqué par sa banque à propos du dépôt d’une somme d’argent colossale, un cargo russe arraisonné dans la mer Noire, un baron de la finance qui disparaît dans la nature, un officier des douanes sur la piste de la corruption et du meurtre... Autant de personnages pittoresques et d’événements en apparence isolés qui s’entrecroisent dans dans un voyage mouvementé.

 

 

 

La dernière course
Michael Ridpath
Robert Laffont, 1999

 «J’avais perdu un demi-million de dollars en moins d’une demi-heure et la machine à café était en panne. La journée commençait mal...» Ancien sportif de haut niveau - il a été médaille de bronze aux jeux Olympiques -, Paul Murray rêve de devenir un «pro» de la finance internationale. Pour y parvenir, il est bien décidé à mettre son esprit de compétition au service de son nouveau métier, la banque.Mais quand sa voisine de bureau meurt assassinée, il découvre que le monde de la finance peut être impitoyable. Lancé sur la piste d’un réseau d’escrocs financiers internationaux de haute volée, saura-t-il tenir la distance face à eux ?
De la City à Wall Street, une incroyable course-poursuite contre l’argent sale.

 

Délit d’initié
Paul Erdman.
l’Archipel, 1998. - 389 p.- (Les maîtres du suspense).

Le président de la Federal Reserve, la plus puissante des banques centrales, est accusé d’un délit d’initié portant sur des dizaines de millions de dollars. Les preuves sont accablantes. Ni l’État américain ni ses amis banquiers ni même son propre avocat ne prêtent foi à ses protestations d’innocence. Pour celui qui, hier encore, était l’un des hommes les plus en vue de la planète, une seule perspective désormais : croupir dans les geôles helvétiques. A moins que...

 

 

Trois heures du matin à New-York
Herbert Lieberman.
Éd. du Seuil, 1997. - 357 p. (Points ; 394).

Un jeune et talen­tueux golden boy, chef du service des changes d’une des plus grosses banques d’affaires new yor­kaises, voit sa vie bou­le­versée par un coup de télé­phone reçu à trois heures du matin. Au bout du fil, Sujimoto, un vieux financier puissant et malin, voire magouilleur. L’enjeu : pour l’un, sa liberté, pour l’autre, un tas d’or. L’intrigue n’est pas sans rap­peler par moment l’affaire de la chute de la banque Baring’s en 1995, plus de 10 ans après que Lie­berman ait écrit ce livre.

 

 

Affaires douanières
Pierre Baretti / Emmanuel Pezé
Grasset, 1995

L’Union européenne a supprimé les frontières, mais celles-ci n’étaient qu’une petite partie de l’activité des douaniers. Leur terrain de chasse reste immense : la drogue, où ils s’illustrent par des prises importantes, des démantèlements de réseaux et... des rivalités avec les services de police - sait-on, par exemple, qu’un douanier peut intervenir dans un domicile à toute heure du jour et de la nuit, sans mandat. Mais en revanche n’ayant pas de pouvoir judiciaire, il doit faire appel à un de ses collègues de la PJ pour consigner en bonne et due forme les déclarations qu’il a reçues ! ; la perception de la taxe sur les produits pétroliers (la fameuse TIPP) ; la recherche de la fraude sur ces mêmes produits - il est tellement tentant de vendre du fioul domestique au prix du diesel, ou de rajouter de l’essence de térébenthine dans le carburant ! ; le contrôle du textile, de la viande, des subventions de la CEE... Efficacité reconnue de ces auxiliaires du ministère des Finances au-delà des frontières : la sécurité du tunnel sous la Manche a finalement échappé à la Police de l’air et des frontières autant qu’à la gendarmerie pour échoir aux douaniers, les Britanniques les ont estimés plus sûrs !

 

Le prédateur
Gini Hartzmark.
Grasset, 1995. - 316 p. - (Grand format).

Pour Kate, jeune et brillante avocate d’affaires dans un cabinet de Chicago, l’OPA hostile d’Edgar Eichel contre Azor Pharmaceuticals marque l’heure de tous les défis. Parce qu’une vieille amitié la lie à Stephen Azorini, fondateur de cette entreprise florissante. Parce que la recherche médicale ou les salariés n’ont rien a espérer d’un agresseur connu pour son cynisme. Parce que le milieu du droit financier demeure un bastion masculin où une femme doit faire ses preuves... La mort suspecte de la nièce de Stephen va transformer la bataille juridique en enquête policière.


 

L’argent sale, enquête sur un krach retentissant
François d’Aubert
Plon, 1993

Fin 1988, François d’Aubert [*], député de l’opposition, apprend que Pathé-Cinéma va tomber aux mains d’un affairiste italien, proche des socialistes au pouvoir à Rome et à Paris. Le député français lance, seul, une formidable enquête en Europe et jusqu’à Hollywood, tandis que Parretti - avec son acolyte Fiorini - s’octroie sans coup férir Pathé-Cinéma puis la légendaire M.G.M. grâce aux milliards prêtés les yeux fermés par la filiale hollandaise du Crédit Lyonnais. 1991 : l’aventure se termine par un krach retentissant. La M.G.M., dépecée, et ses milliards de passif échoient au Crédit Lyonnais. L’ardoise est sans précédent. Comment une banque nationalisée a-t-elle pu en arriver là ? De quels appuis occultes ont bénéficié au plus haut niveau, en France et ailleurs, deux proches d’amis de la Mafia ? Par quels canaux, quelles sociétés écrans circulait l’argent ? Où s’est-t-il évaporé ? François d’Aubert lève, pour la première fois, le voile sur l’Europe grise, ce nouveau continent où l’argent sale règne en maître. Financiers de haut vol, banquiers au-dessus de tout soupçon, politiciens dans les allées du pouvoir : "les affaires" sont désormais une des tares qui gangrènent la démocratie.

 

Flynn joue et gagne
Gregory McDonald.
Librairie générale française, 1987. - 254 p. - (Le Livre de poche; 6349).

Aux États-Unis, des villes entières se vident de leurs habitants, qui disparaissent du jour au lendemain sans laisser de traces. Le F.B.I. s’affole. Avec sa sagacité habituelle, Flynn parvient à localiser les disparus, tous réduits à l’état d’épave : ils ont trouvé un matin, devant leur porte, un fabuleux magot en petites coupures, qu’ils se sont empressés de dilapider, incapables de s’adapter à cette soudaine richesse. Et l’épidémie s’étend! Insaisissable, un mystérieux bienfaiteur fait marcher la planche à billets. Le système monétaire international va-t-il s’effondrer?

 


 

 


Publié le 14 mars 2019.