Qui est Jules Février, l’architecte de l’hôtel Gaillard ?

Space
Jules Février, architecte de l’hôtel Gaillard

Afin d’abriter sa magnifique collection d’art, le baron Émile Gaillard fait construire un hôtel particulier néo-Renaissance d’une excentricité rare pour l’époque. Mais qui est derrière la réalisation de ce bâtiment sublime ? Qui est celui qui a dirigé les travaux ? Qui est l’architecte qui a suivi le baron dans cette aventure ? Ce personnage s’appelle Jules Février (1842 – 1937), il a 36 ans, il est jeune, il est beau et le chantier de l’hôtel Gaillard est la chance de sa vie.

À l’époque où Émile Gaillard le charge de s’occuper de la construction de l’hôtel Gaillard, Jules Février n’est installé que depuis 4 ans seulement, mais a déjà réalisé deux hôtels particuliers pour des personnalités de la Plaine Monceau. Le premier, aujourd’hui disparu, pour Valtesse de la Bigne, grande figure de la vie parisienne qui a d’ailleurs inspiré à Émile Zola son roman Nana. Et le second, destiné à Eugène Baugnies, peintre et premier époux de Marguerite de Saint-Marceaux dont le salon de musique situé au 100 boulevard Malesherbes attirait le tout-Paris.

L’hôtel Gaillard, construit entre 1878 à 1882, conforte la notoriété de l’architecte si l’on en juge par le nombre considérable d’édifices qu’il réalise dans les années 1880. Jules Février a recours à tous les styles architecturaux en vogue à son époque. Il a une appétence pour le style historiciste, en témoignent bien sûr l’hôtel Gaillard mais aussi l’hôtel de Haviland, actuel conservatoire de musique Claude Debussy au 29, avenue de Villiers. Il s’essaye aussi au style haussmannien à travers la construction de nombreux immeubles d’habitation, dont celui qu’il habitait, au 3 rue de la Terrasse.

En 1889, l’architecte reçoit la grande médaille de la Société centrale des architectes français pour sa construction de l’hôtel Gaillard. Si Jules Février réalise principalement des constructions à usage d’habitation, qu’il s’agisse d’immeubles ou d’hôtels particuliers, il conçoit également des ensembles industriels comme une usine de production de chaux et de ciment à Pont la Dame (Haute-Savoie) ou une cité ouvrière à Pouancé (Maine-et-Loire). Il travaille aussi pour des grandes banques comme la Société Générale ou des compagnies d’assurance. L’immeuble réalisé à Madrid en 1911 avec son fils Raymond, également architecte, pour la société espagnole le Phénix, en est certainement l’exemple le plus frappant.

Malgré les nombreux travaux après le rachat et la transformation du bâtiment en succursale par la Banque de France en 1919, et beaucoup plus tard, pour en faire la Cité de l’Économie qui ouvre ses portes au printemps 2019, le bâtiment conserve la patte de Jules Février, son âme néo-Renaissance et son allure grandiloquente. D’ailleurs, l’architecte de l’hôtel Gaillard est en quelque sorte le gardien des lieux avec le baron lui-même : les deux hommes sont en effet représentés dans les culots sculptés sur la façade à proximité immédiate de l’entrée principale.

Crédit : Cécile Gastaldo


Publié le 17 octobre 2018.