Rencontre avec Anastasia Melachrinos, grande gagnante du Citéco Vidéo Challenge

  • Space
  • Space

Anastasia Melachrinos est la grande gagnante de la première édition du Citéco Vidéo Challenge ! Sa vidéo sur la titrisation, pédagogique, ludique et claire, a conquis le jury. Nous avons voulu la rencontrer, connaître son parcours, parler de ses projets.

Bonjour Anastasia, qu’est-ce qui t’a poussé à participer au Citéco Vidéo Challenge ?
En tant qu’étudiante en économie, ce qui m’a motivée au départ, c’est l’aspect pédagogique du concours. Dans le cadre de mes études, j’ai en effet remarqué un grand besoin de contenu pédagogique de la part des étudiants, notamment pour ce qui concerne des thèmes assez complexes, comme celui que j’ai choisi de traiter, la titrisation.
De plus, je n’avais encore jamais réalisé de vidéo animée, ce concours se présentait donc au départ comme un défi.
Enfin, le prix se tenait dans le cadre des JECO qui est un rassemblement très important pour les jeunes qui s’intéressent à l’économie, c’était ainsi ne chance d’y participer.

Pourquoi avoir choisi la « tritrisation » comme thème ?
La titrisation est un sujet en lien avec mes centres d’intérêt, je m’intéresse en effet beaucoup à l’économie monétaire et financière. Aussi, le concept de la titrisation est souvent perçu par les étudiants (à tort ou à raison) comme la cause principale de la crise financière de 2008, et le fonctionnement complexe de cette innovation financière est généralement méconnu.
Il m’a donc semblé important d’offrir un contenu pédagogique supplémentaire et contribuer, via ce concours, à l’amélioration de la transmission de l’économie et de la finance aux jeunes, qui peuvent souvent se perdre dans une masse de contenus sur internet, pas toujours fiables.

Quel a été ton parcours avant d’en arriver là ?
Jusqu’à mes 18 ans, j’ai vécu et étudié en Grèce dans un lycée francais. J’ai fait une 1ère et Terminale ES, années durant lesquelles j’ai découvert et appris à aimer l’économie. C’est en effet  grâce à ma professeur de SES que j’ai pris gout à l’étudier via des méthodes pédagogiques novatrices. En étudiant les sciences économiques et sociales, je comprenais le monde qui m’entourait. J’ai donc décidé de faire des études d’économie après mon bac et je suis entrée en licence d’économie à Paris 1. Étudier l’économie m’a permis d’acquérir beaucoup de connaissances solides que j’ai voulu rendre utiles à ma manière, en les transmettant au grand public. C’est ainsi que j’ai décidé de créer mon site « L’Éco en schémas » durant ma deuxième année de licence. Le but était d’expliquer les mécanismes économiques de manière simple mais pas simplifiée. Aujourd’hui, je suis à Sciences Po en Master d’économie à l’école doctorale   dans le but de poursuivre en thèse par la suite. Je continue à travailler en parallèle sur « L’Éco en schémas ».

Quels sont tes projets ?
En décembre 2017, la maison d’édition Delagrave m’a contactée après m’avoir repérée grâce au concours de la « Finance pour tous » au cours duquel j’avais gagné la troisième place. Ils m’ont proposé d’écrire un livre inspiré de mon site, qui s’intitule « L’Éco en 40 schémas ».  Je me suis pour cela associée avec Rémi Jeannin pour co-écrire cet ouvrage, un professeur en classe préparatoire que j’avais connu au Printemps de L’économie dont il est vice-président.

Comment choisis-tu tes sujets pour « L’Éco en schémas » ?
Lorsque j’étais à Paris I, les thèmes de mes infographies étaient toujours en lien avec ce que j’apprenais à l’université, cela me permettait d’approfondir certaines notions mais aussi d’éclairer mes camarades. Aujourd’hui, je choisis librement les sujets que je traite en schémas en fonction de mes préférences mais aussi en fonction de la demande de mon public. J’essaie toujours de privilégier les thèmes complexes au premier abord et pour lesquels on trouve peu de contenu pédagogique, comme par exemple la titrisation.

Selon toi, est-ce que l’économie c’est simple ?
L’économie, c’est très complexe , si on s’y intéresse en profondeur. C’est ce qui nous entoure, c’est notre monde. C’est justement parce que ce n’est pas simple qu’il faut vulgariser cette discipline  auprès des jeunes.
As-tu des conseils pour les jeunes qui essayent d’apprendre l’économie ?
Je pense que l’image est quelque chose de très important. Au fil de mes études, j’ai remarqué qu’un simple petit schéma, une vidéo, une image, était plus efficace que mille mots  pour transmettre un message.

Je recommande donc bien sûr de consulter « l’Éco en schémas » mais aussi de regarder des chaînes Youtube comme Heur?eka ou Stupids Economics, ou les vidéos pédagogiques de Citéco !

Pourquoi, selon toi, il est important de s’intéresser à l’économie ?
Il faut s’y intéresser car l’économie est en lien avec l’ensemble des disciplines  telles que la philosophie, la sociologie, les mathématiques, etc. Maîtriser cette matière permet de comprendre, par exemple, d’où vient notre argent, pourquoi l’Europe existe, ou encore pourquoi nous avons créé l’euro.


Penses-tu que l’économie devrait être enseignée différemment aujourd’hui ?
L’enseignement de l’économie à l’université étonne et déçoit souvent beaucoup d’élèves par sa complexité issue de la quantité de mathématiques qu’il contient. Cependant, cela n’est pas sans fondement et sans utilité et reste essentiel pour comprendre et faire évoluer la discipline. À mon avis, et d’après mon expérience d’étudiante, je pense qu’il est capital de commencer par comprendre la forme de l’économie avant de rentrer dans le fond. Il faut donc entrer par la porte pédagogique pour comprendre l’intérêt de l’économie.
 

Découvrez la vidéo d’Anastasia Melachrinos sur la titrisation :

Découvrez ici les vidéos des autres lauréats du Citéco Vidéo Challenge.


Publié le 21 décembre 2018.